Marina Berts

Coach avec approche holistique, formatrice et conseillère

Vous avez dit la ‘loi de l’attraction’?

Pendant ma formation de coach, je suis entrée en contact avec la philosophie de la loi de l’attraction. Comme je suis curieuse de nature, j’ai tout de suite voulu en savoir plus. Je suis donc allée voir quel est ce principe d’attraction, et j’ai découvert une sorte de philosophie plutôt obscure qui me paraît relativement floue et peu constructive. J’ai consulté des livres, j’ai lu des articles sur le web, j’ai discuté avec des personnes autour de cette ‘loi’ de l’attraction. Et j’avoue que je ne suis pas entièrement convaincue par ce que prétend cette ‘loi’. 

Selon les renseignements que j’ai pu rassembler (j’ai peut-être raté quelque chose d’essentiel?), cette ‘loi’ de l’attraction existe deupis fort longtemps mais a été interprétée par (notamment) Michel Dogna en France et Naopleon Hill aux USA. Le principe paraît simple : si nous savons ce que nous voulons, nous allons l’attirer vers nous. En gros, cela veut dire que si je suis tout à fait convaincue que je vais devenir riche et que je pense tout le temps à l’argent, je deviendrai riche. Si je pense tout le temps que je vais devenir CEO de Nestlé, cela se passera très certainement. Si je suis convaincue que je vais rencontrer l’amour de ma vie et si j’y crois aveuglément, cela m’arrivera – le Prince charmant apparaîtra de nulle part, The Perfect Match se matérialisera sans aide d’une agence matrimoniale. 

Relié à cette soi-disant ‘loi’ de l’attraction, il y a tout un discours mystique autour de l’énergie cosmique, le Grand Secret, l’Univers, l’Esprit, le Verbe, la métaphysique et ainsi de suite. Lorsque je lis de telles choses, je me méfie tout de suite. Principalement parce que ce discours est très vendeur et donc souvent utilisé dans le marketing autour du développement personnel, quel qu’il soit. Et les promesses, ce ne sont souvent que des mots vides et du bluff. Pendant ma vie, je suis entrée en contact avec des faux prophètes, avec des sectes, avec des personnes douteuses qui prêchaient ‘fais comme je te dis et pas comme je fais’ et encore avec d’autres qui étaient certainement très sincères dans leur quête spirituelle mais qui n’arrivaient pas à vivre selon leurs propres idéaux pour une raison ou une autre. Ils et elles utilisaient toutes et tous de grands mots vagues pour me convaincre que leur philosophie était ce dont j’avais besoin. Donc maintenant, à chaque fois que je rencontre une ‘loi’ quelconque ou des principes pour encourager un développement personnel coûteux chez des mentors bienveillants, il y a ma petite clochette d’alarme qui sonne sérieusement dans ma tête.

C’est génial, non, vous ne trouvez pas, cette possibilité de tout réussir à chaque coup si je le désire suffisamment et que j’en suis complètement convaincue? Toutes les portes s’ouvrent, et tout devient possible, ce qui est très encourageant pour une personne en quête de sens, de succès et de réconfort. Si nous avons peu confiance en nous, cela nous redonne de l’espoir justement parce que nous sommes en quête d’une vie meilleure, d’un succès ou d’un rêve que nous ne connaissons peut-être pas encore. Nous sommes peut-être fragilisé.e.s à cause de situations qui nous ont été défavorables ou ce que nous considérons comme des échecs. Ou peut-être que nous avons besoin de conseils d’un mentor ou d’un guide que nous pouvons admirer et imiter pour nous sentir bien. 

Si la loi de l’attraction nous dit que tout est possible si nous le désirons suffisamment bien et ardemment, alors cela veut aussi dire que je suis entièrement responsable de ce qui m’arrive, autant la réussite que l’échec. Si je deviens ce que je pense et désire, et que finalement, cela ne se réalise pas, c’est par ma propre faute. C’est parce que je n’y ai pas suffisamment cru, que je suis paresseuse et que je n’ai pas fait suffisamment d’efforts. Parce que je n’ai pas pensé de pensées suffisamment positives par rapport à moi. Parce que je ne suis pas alignée avec moi-même. Parce que les peurs en moi sont trop fortes, ou parce que je dois transformer ma soi-disant ‘énergie négative’ en ‘énergie positive’ en prenant des cours chez l’auteur du livre que j’ai lu. Parce que lui, il sait de quoi il parle, il sait comment ça marche, et il va pouvoir me montrer le chemin. Mais oui, c’est très vendeur! Par conséquent, je dois me changer si je veux obtenir ce dont je rêve. Me changer selon des principes et des valeurs qui ne sont pas forcément les miennes mais pour lesquelles je vais débourser pas mal d’argent, pour apprendre comment ‘être  moi’ et comment obtenir ce dont je rêve.

Je vous donne un exemple. Disons que je souhaite devenir riche. Comment je deviens riche dans le monde d’aujourd’hui? Certainement pas par un travail de salarié, puisque les revenus du travail effectué sont relativement modestes vu l’état du marché et des entreprises. Ou alors cela va me prendre 40 ans avant d’avoir épargner suffisamment d’argent pour me permettre de faire les choses dont je rêve. Je dois donc avoir recours à d’autres moyens pour devenir riche. La bourse et l’évasion fiscale? Oui, spéculer en achetant et en vendant des actions et des titres, investir les gains dans des produits boursiers ou bancaires présentant des intérêts à deux chiffres (hm, soudain, je pense à un certain Maddoff, je me demande pourquoi?) et entrer dans la course au profit, tout en cachant mes sous aux Îles Caïmans ou dans un autre paradis fiscal. Si je fais cela, je vais certainement devenir riche et en plus apprendre que la spéculation est souvent liée à une exploitation des ressources naturelles et de la main d’oeuvre (souvent dans des pays en développement, d’ailleurs). Ceci signifie que je serai obligée de piétiner mes valeurs de justice et d’égalité (si j’en ai) pour devenir riche. Donc jusqu’où est-ce que je suis prête à aller pour devenir riche? En exploitant les autres et en me procurant une richesse qui très probablement aura été constituée sur le dos des autres?

Je prends un autre exemple. Je veux devenir CEO dans une grande banque ou multinationale et donc grimper jusque tout en haut, en passant par tous les postes stratégiques de l’entreprise. Je me lance dans la formation adéquate (oui, bien sûr, je suis très jeune et n’ai pas encore de formation!), je commence depuis tout ‘en bas’, c’est-à-dire à un poste qui ne correspond peut-être pas entièrement à ma formation, mais au moins, j’aurai un pied dans l’entreprise. Je postule à l’interne, monte en grade, deviens cadre, me crée un réseau important et me réjouis de la haute conjoncture qui m’est favorable. Mais mon chef a un burn-out et opte pour la retraite anticipée (ou y est contraint). Un nouveau chef prend sa place. Je ne m’entends pas bien avec lui pour diverses raisons. Selon lui, j’ai trop d’idées floues et je suis trop prétentieuse. Une femme devrait connaître sa place, selon lui. Et soudain, les actions de l’entreprise chutent à la bourse à cause d’un scandale quelconque. La direction décide que les frais fixes doivent être diminués, donc il faut dégraisser et par conséquent licencier. Je fais partie des personnes qui doivent quitter l’entreprise. Sur le marché de l’emploi, c’est la crise à cause d’une basse conjoncture tenace, je ne retrouve plus de travail, avec 14% de chômage (et peut-être que ma réputation a été ternie par le nouveau chef?) et je me retrouve finalement au RI. Selon la loi de l’attraction, je serais entièrement responsable de cette situation. La basse conjoncture, le manque de postes de travail, la frilosité des employeurs d’engager une femme mariée d’une trentaine d’année, tout cela est de ma faute. Justement parce que je n’ai pas suffisamment cru en mon rêve, en mon potentiel. Parce que je n’aurais pas dû me marier si je voulais devenir CEO. Parce que je n’étais pas suffisamment alignée avec moi-même. Parce que je n’étais pas suffisamment convaincue que je pourrais un jour accéder au poste de CEO de cette multinationale. Donc tout est finalement de ma faute, la crise bancaire, le ralentissement de l’économie, la baisse de la consommation des ménages – tout, quoi.

Je pourrais vous donner encore bien d’autres exemples, notamment concernant  ma santé. Si je suis très malade ou victime d’un cancer et que je me convaincs que je vais guérir complètement et que je ne le fais pas, c’est de ma propre faute. Je ne guéris pas parce que je n’y ai pas suffisamment cru. Imaginez-vous que je suis convaincue que je suis sûre en ville et que tout le monde doit respecter mon integrité corporelle. Que dois-je penser si un soir je rentre tard après une séance de comité et que je suis agressée et violée par un homme qui me menace avec un couteau? C’est aussi de ma faute, puisque, apparemment, je ne désirais pas suffisamment ardemment être respectée et que je n’y croyais pas entièrement. Le viol, c’est donc ma faute. Le fait que le type m’a menacé avec un couteau, c’est aussi de ma faute. Mais vous voyez certainement déjà où je veux en venir. La ‘loi’ de l’attraction peut nous entraîner dans une spirale descendante et nous culpabiliser pour tout ce que nous ne réussissons pas à faire.

Il est certes important de bien nous connaître nous-même pour savoir ce qui se passe dans notre vie et dans nos relations avec les autres, et surtout pour quelles raisons cela se passe. Il est également essentiel de savoir comment faire pour avoir une influence sur cela, comment nous pouvons changer les choses à partir de nous. Cependant, je suis convaincue qu’en tant qu’individus, nous ne sommes pas seuls responsables ni de ce qui se passe autour de nous, ni de notre propre situation, qu’elle soit personnelle ou professionnelle. Pour moi, c’est cela la systémique. Il y a des facteurs sur lesquels nos n’avons que très peu ou carrément aucune influence, et la seule possibilité pour nous est de nous soumettre à ce qui se passe au-dessus de nos têtes et agir selon nos possibilités. Nous pouvons prendre conscience de ce qui se passe, mais il n’est pas forcément possible de tout prévoir ni de tout réparer ou changer.

Par contre, nous avons le pouvoir de décision dans telle ou telle situation. Si nous devons choisir entre le pire et le moins pire, peut-être que nous choisirons cette dernière option, sans pour autant être convaincu.e.s que c’est justement cela que nous désirons pour nous dans notre vie. Depuis là, nous pouvons mettre en place des changements, même minimes, pour aller dans la direction que nous souhaitons vraiment, pourtant sans aucune garantie de réussite. Changement il y aura toujours, de toute manière. Pour moi, tout acte a des conséquences, et je pense qu’il est important d’agir tout en assumant les conséquences qui suivront. Découvrir quelles sont nos valeurs, ce en quoi nous croyons et ce qui est important pour nous dans la vie et ensuite agir en conséquence et en assumer les conséquences, c’est aussi cela, d’être aligné.e. Plus facile à dire qu’à faire, n’est-ce pas?

Et pour vous, quelles sont vos valeurs et vos idéaux? Êtes-vous aligné.e.s dans votre vie, dans vos actions? Et en assumez-vous les conséquences ou vous dites-vous « Ce n’est pas ma faute! »? Qu’apprenez-vous sur vous-mêmes des expériences diverses de votre vie? Et si vous avez envie de changement, que pouvez-vous faire pour mettre en route ce changement que vous désirez, juste maintenant, dans votre situation, avec les moyens que vous avez? Avez-vous besoin d’une ‘loi’ de l’attraction pour être rassuré.e dans votre vie? 

 

Quelques exemples de sources consultées:

Plateforme Bien-être

wikiHow – Comment utiliser la loi d’attraction

Blog de Bruno Lallement: La loi de l’attraction, ce qu’on ne vous dit surtout pas

Blog de Christopher Lieberherr :

 

 

 

Suivez-moi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll UpScroll Up